Les orages se déclenchent à partir des cumulonimbus (cb), nuages à fort développement vertical. Ils apportent de violentes averses de pluie et/ou de grêle. Différentes conditions météo doivent être réunies pour avoir l'apparition d'un système orageux notamment une humidité et une température importante par rapport aux masses d'airs d'altitude. En effet, beaucoup d'orages comme ceux que l'on trouve l'été par exemple se forment grâce au phénomène de convection.

La convection c'est la montée de courants ascendants chauds et humides vers le haut et la condensation de ce courant par de l'air plus froid se trouvant en altitude. L'endroit où le courant se condense s'appelle le niveau de condensation ou encore la ligne où l'on atteint la température du point de rosée. Le courant chaud se condense et redescend vers la terre sous forme d'un courant froid et sec: le courant descendant. La convection est donc une origine de la formation de certains orages. La convection peut être accélérée grâce au relief (phénomène orographique). Si à l'endroit où la convection se produit les conditions sont réunies en quantité suffisante, le nuage appelé cumulus fractus grossi et devient cumulus congestus et enfin cumulonimbus calvus. A ce stade on dit que le cumulonimbus est arrivé à maturité.


- un sol plus chaud que l'air qui le surmonte

- une humidité importante

- de l'air instable


Les éclairs sont dus aux gouttelettes d'eau et aux cristaux de glace qui en se frottant produisent de l'électricité statique, charge négative au centre du nuage et positive en haut et en bas de celui-ci. Les éclairs sont produits grâce la différence de potentiel entre les diverses parties du nuage ou du sol. Le tonnerre est le résultat de la dilatation soudaine de l'air. Lorsqu'un orage approche, il se produit une soudaine irruption d'air froid qui précède l'averse d'environ 5km (courant descendant). La vitesse de déplacement des nuages orageux est d'environ 35 km/h. Ils peuvent se former au contact de 2 masses d'air ou par simple convection en été.


Tout d'abord le début de la convection est marqué par l'apparition de tâches blanchâtres dans le ciel. De petits nuages se forment sous l'effet des "bulles chaudes ascendantes". Ce sont les cumulus fractus, puis ils se développent et forment des cumulus congestus. Des nuages pré-orageux peuvent également apparaître comme ici.


Ensuite le cumulus peut se développer très rapidement pour devenir cumlonimbus calvus. Les contours sont bien nets et on y reconnaît l'aspect "choux fleur" avec de nombreuses cumilifications.


Voici le même cumulonimbus calvus avec une enclume très reconnaissable, on voit que le cumulonimbus a grossi très rapidement ! Cette enclume indique que le courant ascendant a atteint le niveau d'équilibre thermique et que les gouttelettes d'eau se transforment en glace. Le sommet du nuage devient comme des cirrus et si l'orage se désagrège, il ne restera plus que ces traînées de cirrus dans le ciel.

A cette étape ont dit que l'orage est arrivé à maturité. Il peut par exemple se désagréger par un manque d'humidité ou il s'autoalimente sans se développer encore verticalement.


Cette photo met en évidence les courants ascendants et les courants descendants.

Les courants ascendants sont matérialisés par les taches sombres. Les courants descendants suivent le contour des nuages vers le bas. Ils sont associés à la pluie.


 

  • 1 Orage préfrontal

  • 2 Orage de convection

  • 3 Orage frontal

  • 4 Orage de dépression

  • 5 Orage de marais barométrique

  • 6 Orage de traîne

  • 7 Orage de front secondaire (ligne de grain)

Article intéressant sur la formation d'un cumulonimbus - L'internaute


Meteomania - 2002 - www.meteomania.net